print preview Retour Forces aériennes

Monsieur Météo est là avant tous les autres

Grâce à la clairvoyance de météorologues comme Thomas Jordi, la météo représente plus un défi pour les forces d’intervention du WEF qu’un problème.

21.01.2019 | CUMINAIVEL | mrm/fe

unsplash


Avant que l’ensemble des Forces aériennes sortent du lit, avant que tous les pilotes, tous les officiers et toutes les aides entrent en service pour l’engagement au profit du WEF, l’officier spécialiste Thomas Jordi entame sa journée. C’est Monsieur Météo: aux petites lueurs de l’aube, il raconte ce que réserve le temps aujourd’hui. Et pour être en mesure de le faire aux petites lueurs de l’aube, il doit arriver encore plus tôt, à savoir à cinq heures du matin.

Dans son rapport journalier de sept heures à l’Air Operation Center de la région de Zurich, l’of spéc Jordi donne un bulletin météorologique complet. Il confie que parler de la pluie et du beau temps aux Forces aériennes est d’autant plus intéressant que, dans ce domaine, tous les paramètres comptent: «Il est plus important de savoir à quelle altitude évoluent les nuages que s’il va pleuvoir.» Les fortes chutes de neige survenues surtout avant le début de l’engagement ont plus représenté un défi qu’un problème pour les Forces aériennes. Les prévisions de l’of spéc Jordi n’ont ainsi pas été remises en cause. Et pour donner l’épaisseur souvent changeante du manteau neigeux, l’of spéc peut se référer aux données d’un dense réseau de stations de mesure.

Pendant l’engagement militaire, le météorologue professionnel de MétéoSuisse ne dispose pas uniquement du réseau de son employeur et de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches de Davos; il peut aussi tirer profit des données des soldats de météorologie et de renseignements présents dans tout le secteur d’engagement des Grisons. «Cela permet de densifier le réseau d’informations et d’en accroître l’indice de fiabilité.» Il est donc possible que les prévisions météorologiques pendant le WEF soient encore plus précises que d’habitude pour le canton des Grisons.

Dans le civil, Thomas Jordi travaille aussi pour les Forces aériennes. Celles-ci sont, d’une certaine manière, les clients de MétéoSuisse, car elles se procurent des informations sur la météo auprès de la station météorologique de Zurich. À l’heure actuelle, le temps qu’il fait à Davos se caractérise par les changements de pression. Pour le transport des VIP, la météo est un facteur déterminant: par beau temps, ce transport se fait en hélicoptère; par mauvais temps, il se fait par la route, «en premier lieu parce qu’un vol dans de mauvaises conditions météorologiques peut devenir assez pénible, surtout pour des VIP».