print preview Retour mp-bat-3

La coopération interdisciplinaire dans l’Armée

La coopération étroite et le transfert direct d'expérience sont essentiels pour un déploiement réussi. Le capitaine Xavier Igloi a rendu possible ce transfert de la police militaire à l'infanterie grâce à un engagement supplémentaire, à la passion et au volontariat.

29.05.2020 | Communication PM

Hptm Igloi unterstützte nebst dem Stab des MP Bat 3 auch das Geb Inf Bat 91

 

Les différents bataillons de l'Armée suisse n'ont pas beaucoup de points de contact s'ils n'appartiennent pas à la même Grande unité. Il n'en va pas autrement pour la police militaire. Mais des situations particulières exigent des solutions tout aussi particulières. Un exemple en est le S2 du bataillon de police militaire 3 (Bat PM 3), le capitaine Xavier Igloi. Responsable de la cellule renseignement du Bat PM 3, Igloi est entré service pour le cours de répétition à la fin du mois de février comme prévu. La situation autour du virus corona, avec les mesures décidées par le Conseil fédéral, a ensuite eu assez rapidement des conséquences directes pour les membres du Bat PM 3. "Le déroulement de l’exercice d’ensemble des troupes et des cérémonies du drapeau ont dû être analysés et évalués à partir de zéro, ce qui a entraîné l'annulation des deux événements", a rappelé Igloi, "en outre, le médecin du bataillon a déjà étendu le concept d'entrée sanitaire pour le CR". Par conséquent, un soldat déjà infecté pouvait être détecté lorsque les soldats entraient dans le CR. Grâce aux considérations conceptuelles précédentes et à la mise en œuvre sans compromis, une nouvelle propagation du virus au sein du bataillon a pu être évitée. En outre, les congés ont été annulés dès la première semaine.

 

Des soldats motivés

Puis, au cours de la dernière semaine du CR, le bataillon de milice a reçu l'ordre de service d’appui en faveur de l'Administration fédérale des douanes à la frontière. "Les soldats et les cadres étaient très motivés", a rappelé l'officier renseignement. En raison de l'organisation décentralisée du bataillon et afin d'éviter de provoquer un mélange des différentes unités, le lieutenant-colonel Pablo Breitenmoser, commandant du bataillon, a dirigé principalement par conférences téléphoniques. La motivation afin d’obtenir le meilleur résultat possible avait soudé l'état-major du bataillon. "En tant que S2, je devais obtenir les informations et les consolider de manière à ce qu'elles apportent une valeur ajoutée à l'état-major du bataillon et, surtout, aux commandants de compagnie," explique Igloi, qui travaille dans le secteur civil en tant que chef de service dans une entreprise hôtelière. "J'ai eu un soutien supplémentaire du commandement de la Police militaire à Sion", a exprimé sa gratitude.

 

L'éloge de Berne pour son bon travail

Les decisions du Conseil fédéral ont également eu un impact direct sur l'emploi civil d'Igloi. "Dans l'hôtel où je travaille, ils sont passés à un fonctionnement minimal", dit-il rétrospectivement. Cette situation n'a pas changé dans le temps jusqu'à la fin du service d'appui du Bat PM 3. "J'avais le choix soit de rentrer chez moi et de ne rien faire, soit de mettre mes connaissances et mon expérience à disposition des autres troupes et d'apporter ma contribution à la crise", a expliqué M. Igloi. Il a été affecté au bataillon d'infanterie de montagne 91 (Bat inf mont 91), qui a pu reprendre les taches à la frontière du Bat PM 3. "J'ai été très bien reçu, se réjouit-il, comme si j'avais toujours eu ma place ici. Le transfert de connaissances et d'expériences a été grandement facilité par la présence personnelle. A la fin, Igloi a été chef suppléant du Centre de suivi de la situation  pour le bat 91. C'est ce rôle qui a défini sa routine quotidienne. Recueillir, filtrer et consolider les informations sur la situation actuelle afin de créer une image utile de la situation pour le commandant et ses unités directement subordonnées. Le service de renseignement militaire a également commenté positivement les résultats et a exprimé sa gratitude pour la valeur ajoutée générée.

 

Prêt pour la prochaine mission

Après exactement deux mois de service, le capitaine Xavier Igloi a été licencié chez lui le 24 avril. "La famille m'a tellement manqué", a-t-il dit. En effet pendant son service, le congé général du week-end a été annulé. Grâce au moyens technologique dont nous disposons, il a cependant pu maintenir un contact régulier avec ses proches. Le capitaine Xavier Igloi a évoqué avec une certaine fierté son service pendant la pandémie de Corona. "Il est bon de savoir qu'avec son travail, on a aidé les troupes à remplir leur mission et on a ainsi également contribué à surmonter la crise." Il a également été impressionné par les performances des soldats de milice : "En action, la milice a amené sa force concrètement sur le terrain et, à mon avis, ils ont rempli leur mission de manière excellente. Grace aussi à la milice l’Armée suisse trouve toujours le moyen d'atteindre le but", mais ce ne sont pas seulement ses camarades qui, avec un grand engagement, ont justifié la confiance placée en eux. Igloi lui-même, avec sa volonté de mettre ses propres intérêts en arrière-plan et de faire plus pour assurer l'échange d'expériences avec le bataillon successeur, a certainement aussi apporté sa contribution au déploiement réussi du Bat inf mont 91. Maintenant, d'autres formations ont pris en charge la sécurisation de la frontière verte. Mais la pandémie n'est pas encore terminée, Igloi en est également conscient et ajoute à la fin : "Si on a besoin de moi, je m’engagerai à nouveau".

 

Igloi fr