print preview Retour Commandement des Opérations

SWISSCOY Update - Analyser, estimer, évaluer : le quotidien de deux officiers d’état-major au camp Bondsteel

L’Armée suisse assume divers mandats au profit de la Kosovo Force (KFOR). Par conséquent, les membres du contingent suisse, la SWISSCOY, sont répartis sur différents sites de la mission multinationale. Ainsi, deux officiers d’état-major vivent et travaillent dans le camp américain Bondsteel, emplacement du Regional Command East (RC-East). Fin 2020, ils ont fourni aux officiers de presse du contingent un aperçu de leur quotidien passionnant.

04.01.2021 | SWISSINT

Deux officiers d’état-major vivent et travaillent dans le camp américain Bondsteel, emplacement du Regional Command East (RC-East).
Deux officiers d’état-major vivent et travaillent dans le camp américain Bondsteel, emplacement du Regional Command East (RC-East).

Situé au sud-est du Kosovo et géré par les militaires américains, Bondsteel est le plus grand camp de la KFOR – ou du moins le plus étendu. La route qui y mène est déjà très imposante : ponctuée d’obstacles antichars en béton et encadrée d’une haute clôture de barbelés, elle passe devant un poste de garde où tous les véhicules et leurs occupants sont méticuleusement contrôlés. Ensuite, les arrivants font face à un carrefour avec trois embranchements. Se tromper de chemin risque fort de donner lieu à un long détour… 

Le périmètre du camp semble infini. Bien que nous ayons opté pour la bonne route, nous devons encore rouler durant de nombreuses minutes avant d’atteindre le parking des visiteurs. Au centre du camp, entourés de longues baraques en bois à un étage, nous rencontrons le major EMG Anthony Félix. Celui-ci assume la fonction de remplaçant du chef de l’Assessment Cell au sein du RC‑East, géré par les États-Unis. Il vit et travaille au camp Bondsteel. « C’est cool ici. Les Américains sont sympas, et ça fait plaisir de travailler dans une équipe internationale », nous lance-t-il tout en nous guidant à travers le camp. Dépassant une rangée de baraques parfaitement identiques, il tourne à droite et nous mène au logement qu’il partage avec le major Nicola Rauch. Comme il nous l’explique, les baraquements sont aménagés de façon simple mais sont très spacieux. Sous le petit porche de l’habitation trône une chaise en plastique. « Notre jardin privé », plaisante le major EMG Félix.

L’un des grands avantages pour le major EMG Félix et le major Rauch, c’est l’emplacement de leur baraque : il ne leur faut que quelques minutes à pied pour gravir un escalier en bois et rejoindre ainsi leur lieu de travail, dans le quartier général du RC-East. « Le travail est plus ou moins passionnant en fonction des événements et des rapports des équipes de liaison et de surveillance », relève le major EMG. L’Assessment Cell a pour tâches de standardiser, d’analyser et d’évaluer les rapports quotidiens des 17 équipes de liaison et de surveillance (liaison and monitoring teams) qui se trouvent dans le RC‑East. Certains détails sont considérés comme insignifiants, alors que d’autres ont une importance pour la KFOR et doivent faire l’objet d’une évaluation. « J’examine par exemple les médias et notre base de données, et je regarde si un événement comparable s’est déjà produit. Je transmets ensuite ces informations plus loin », explique l’officier suisse, avant d’ajouter : « Je dois impérativement avoir des connaissances approfondies du Kosovo, de son histoire et de sa culture pour effectuer mon travail ».

Le major Nicola Rauch, chef du Tactical Effects Center (TEC), nous rejoint maintenant. Il est notamment responsable de la conduite et de la planification des travaux de la cellule d’opération et d’analyse du TEC au RC‑East. Il dirige à l’échelon supérieur l’équipe multinationale d’analystes de l’Assessment Cell. « Dans le cadre de ma fonction, je dois surtout assister à de nombreuses réunions », relève le major Rauch. Ce dernier se trouve toutefois en terrain familier, car il est déjà venu au Kosovo auparavant en tant que chef TEC avec la SWISSCOY. Lui aussi est très content de son travail. Les deux officiers sont unanimes sur un point : cela fait plaisir de voir des Suisses leur rendre visite au camp Bondsteel.