print preview Retour Commandement des Opérations

Après la pluie vient l'armée

Les intempéries du début du mois de juillet ont laissé des traces dans la commune d'Anniviers (VS). Sur demande des autorités cantonales, l'armée a engagé un détachement du bataillon du génie 2. Leur mission: rétablir l'accès au fond de la vallée. Une aide précieuse pour les autorités communales ainsi que pour la population locale.

01.11.2018 | Communication Défense

DSC_5901

 

De violents orages ont provoqué une forte crue de la Navizence dans le Val d'Anniviers au début du mois de juillet. Dans le petit village de Mission, le cours d'eau est sorti de son lit, transformant la vallée autrefois verdoyante en un vaste champ de pierres et de gravats. La route qui traverse le fond de la vallée et permet de rejoindre le village de St-Jean a été anéantie tandis que le terrain de foot du FC Anniviers a été purement et simplement rayé de la carte.  

Face à l'ampleur des réparations, la commune d'Anniviers a demandé l'aide du canton du Valais. Ce dernier s'est tourné à son tour vers l'Armée suisse qui a ainsi engagé 12 militaires du bataillon du génie 2 en cours de répétition pour un total de 200 jours-hommes au profit de la commune. Il s'agit d'un engagement d'appui d'activités civiles avec des moyens militaires (OACM) suite à une catastrophe naturelle.

Pendant trois semaines, les militaires du bataillon du génie 2 ont eu fort à faire. «Il faut rétablir une route provisoire pour ouvrir à nouveau l'accès aux véhicules de tourisme. Il faut également que le chasse-neige puisse déblayer la neige cet hiver», explique le chef du détachement, le sergent Clément Favre. En outre, des travaux étaient nécessaires sur les deux ponts qui enjambent la rivière. Le premier a été sécurisé avec des glissières tandis que le second a été reconstruit à neuf. «Parallèlement, il y a tout un travail de nettoyage du lit de la rivière et d'évacuation des gravats», ajoute le sergent Favre.

 «Grâce au travail de l'armée, nous pouvons ouvrir à nouveau cet accès. La commune n'avait ni les moyens financiers ni les moyens techniques pour le faire», se félicite le président de la commune d'Anniviers David Melly, reconnaissant. Toutefois, beaucoup reste encore à faire. «La situation ne sera pas rétablie avant trois voire quatre ans», conclut-il.