print preview Retour Commandement des Opérations

CEM II-18 : Passion et transfert d'information

Cette année, le deuxième cours d'état-major des Forces terrestres a été consacré à la préparation des exercices à venir avec les formations subordonnées. Les domaines de base de conduite 1 (personnels) et 3 (opérations) ont été particulièrement mis au défi. Entre-temps le domaine de base de conduite 1 a réussi à équilibrer le travail en cours avec la planification du personnel pour les prochain services de l’état-major des Forces terrestres.

02.05.2018 | Comm - Etat-major div mec

Tanja Lips Div Adj
Le colonel Tanja Lips est passée du train au DBC 1 et ne regrette pas du tout cette étape.

 

Bien loin des canons, les membres du domaine de base de conduite (DBC) 1 sont assis derrière de grands écrans. La cellule compte un total de dix personnes. En plus du chef, elle comprend aussi l'adjudant, l'officier de la PM, le secrétaire et les avocats. Une partie importante des taches du DBC 1 contient la gestion du personnel. Le bureau du personnel de la division s'efforce de garder une vue d'ensemble, non seulement de l'état-major des Forces terrestres, mais aussi de toutes les unités subordonnées. Les nouvelles exigences légales introduites dans le cadre de la DEVA représentent un défi supplémentaire. "C'est devenu plus compliqué, avant c'était plus simple", explique le colonel Tanja Lips, adjudant des Forces terrestres.

 

Oreille à l‘écoute pour les problèmes
Depuis 2015, Lips est affectée à l'état-major des Forces terrestres et a accompagné la naissance de la seule division mécanisée dans le secteur des ressources humaines. "J'ai toujours été intéressée par les thèmes des ressources humaines", explique-t-elle. Tout a commencé très différemment. Lips a gagné ses premiers éperons militaires en tant que soldat de train avant de commander une compagnie de renseignement des Forces aériennes. Avec l'entrée dans un état-major de bataillon en tant qu'adjudant, les tâches en matière de personnel tombèrent pour la première fois dans son domaine de responsabilité. Dans sa fonction actuelle, les rapports avec la composante professionnelle de l'armée sont d'une importance capitale pour que les promotions et les réincorporations puissent être enregistrés en conséquence. Les activités professionnelles de Lips et de son chef du DBC 1, le colonel Kurt Lehmann, ont été utiles. Tous deux ont un accès grâce à la fonction au systèmes de l'administration fédérale, ce qui facilite le travail au sein de l'état-major de la division mécanisé. "C'est pourquoi je suis au bon endroit quand il s'agit de personnel", a souligné Lips. Le prochain grand projet est celui d'introduire un outil de planification du personnel pour sa cellule. Même si elle ne peut pas se plaindre de l'ennui, y compris les demandes d'accès aux installations classifiées, le DBC1 est toujours à l'écoute des problèmes des membres de l’état-major dans le domaine administratif. Mais Lips se réjouie qu'en plus de toutes les tâches, le coaching pourra être mis en œuvre avec les unités subordonnés.

 

Planification et formation
Bien sûr, dans les dernier quatre jours de cours, le DBC 1 n’est pas le seul qui a travaillé intensivement. Les autres membres d’état-major ont également accompli beaucoup de choses dans le cours d'état-major II-18 - "et d'une très grande qualité", se réjouit le chef d'état-major, le colonel d'état-major général Serge Krasnobaieff. "Même après plusieures années dans l'armée, c'est impressionnant pour moi chaque fois que je vois à quelle vitesse un état-major nouvellement constitué s'organise, à quelle vitesse une langue et une culture communes sont trouvées et à quel point les progrès entre les cours d'état-major sont grands dans chaque cas", a poursuivi le chef d'état-major.

Le cours d'état-major II-18 était principalement axé sur la planification de l'action et de mise en œuvre de l'exercice ʺKEVLAR DUEʺ mais aussi de la poursuite des travaux préparatoires en ce qui concerne l'exercice ʺPILUMʺ - ce dernier occupera les Forces terrestres pendant les prochaines années. L'accent a également été mis sur l’instruction du personnel. Le combat moderne dans le milieu urbain ainsi que l’adaptation des structure des formations ont été discutées en profondeur.