print preview

Retour Page d'accueil


Major Ahmed Sheir Deputy Camp Commander

23.09.2022 | Fachoffizier Norbert Jenal, Presse- und Informationsoffizier SWISSCOY 46

Ahmed Sheir anime le CoC de son commandant hongrois

Ahmed Sheir, parlez-nous un peu de vous.

«Je m‘appelle Ahmed Sheir, j‘ai 30 ans et j‘ai étudié la géologie et la physique. J‘ai ensuite décidé de devenir officier de carrière après avoir effectué mon service militaire. Je suis marié, j‘ai deux magnifiques jumelles et je suis également entrepreneur. En Suisse je travaille à l‘école de sauvetage 75 à Wangen an der Aare. Je suis instructeur d‘unité et mes tâches principales consistent à planifier les écoles de recrues, à conduire l‘équipe d‘instructeurs, à planifier et conduire les exercices et à soutenir les commandants de compagnie dans l‘accomplissement de leurs tâches.»

Comment se déroule votre journée de travail?

«Ma journée commence par un briefing avec le commandant et les collaborateurs de C2 (Command and Control). Nous discutons et coordonnons les informations pour la semaine. Ensuite, j‘effectue les contrôles de sécurité dans le camp. Le commandant adjoint du camp est également l‘officier de sécurité du camp de NOVO SELO. La journée est principalement consacrée au contrôle, à la planification et à la réalisation de projets dans le camp. Il y a des rapports quotidiens avec la NSPA (Nato Support and Procurement Agency), avec laquelle nous avons des liens étroits lorsqu‘il s‘agit de soutenir les soins de base des occupants du camp. En outre, un rapport quotidien est établi avec le médecin du camp sur la situation sanitaire. Mes journées de travail ne sont pas toujours identiques, ce qui rend cette tâche fascinante et intéressante. Il faut être actif et anticiper les erreurs et les défauts qui pourraient entraîner des problèmes ou des difficultés pour les troupes présentent.»

Qu‘est-ce qui vous fascine dans cette tâche?

«Le fait que les jours ne se ressemblent pas. Il y a bien sûr une routine, mais elle n‘occupe qu‘une petite partie de la journée. L‘interaction et l‘échange avec d‘autres nations sont également une expérience unique. Chaque jour, j‘apprends beaucoup sur la sécurité et je suis en train de planifier un exercice de défense avec toute la base militaire. Je trouve que cette tâche est stimulante et demande beaucoup d‘énergie, ce qui compense en parite la difficulté d‘être séparé de sa famille et de ses enfants.»

Que pouvez-vous apprendre de cette fonction pour votre carrière militaire?

«J‘apprends beaucoup dans les domaines de la planification, du leadership et de la sécurité. Ces trois domaines sont très pertinents, et quand on apprend quelque chose dans un secteur d‘engagement réel, cela ouvre l‘esprit à une autre dimension. Gérer un personnel composé de différentes nationalités et de différents profils permet de mieux comprendre les gens et leurs besoins. Le domaine de la sécurité est pertinent dans mon travail d‘officier de carrière et en plus dans ma fonction de commandant de batterie en service de milice. Enfin, la planification et la prise de décision reste un processus dans lequel nous appliquons les activités de conduite apprises à l‘école d‘officiers et à l‘académie militaire. La répétition de différentes tâches augmente la compétence à obtenir plus rapidement une vue d‘ensemble, à agir correctement et à optimiser le temps consommé.»

Pourquoi vous êtes-vous engagé pour un engagement au sein de la SWISSCOY ?

«Je me suis annoncé pour cette mission parce que je n‘avais encore jamais eu l‘occasion de travailler dans un environnement militaire international. J‘ai toujours voulu savoir à quoi cela ressemblait concrètement. Pour moi, c‘est une expérience de vie dont les conséquences représentent certainement une plus-value pour la vie professionnelle et les capacités personnelles.»

Quelles sont vos tâches au sein du contingent 46 de la SWISSCOY?

«Sur le plan national, je suis actif en tant que S7 respectivement dans le domaine de l‘instruction du contingent pendant l‘engagement ici au Kosovo. Je me suis portée volontaire pour cette fonction supplémentaire parce qu‘elle était libre, et je suis convaincue que la formation continue en faveur d‘une mission en cours est quelque chose de totalement différent et une expérience à ne pas manquer. Mon rôle est de planifier opérationnels des membres du contingent. La tâche n‘est pas facile, mais avec l‘équipe d‘instruction, composée de l'Adj sof Pascal Bisig et de Team médical, également volontaires, la planification et la mise en œuvre faisaient appel à toutes nos expériences, qu‘elles soient militaires ou civiles, chacun dans son domaine. Les objectifs ont été atteints de manière efficace.

Quelles étaient vos attentes par rapport à la mission?

«Mes attentes étaient de travailler dans un environnement varié et de ne pas avoir de routine. Je voulais avoir un travail varié et compliqué qui me fasse réfléchir et améliorer mes techniques de travail tout en apportant une valeur ajoutée où je suis engagé.»

Qu‘est-ce que ça fait d‘être loin de chez soi et de sa famille?

«D‘être loin de ma famille ne s‘est pas facile. Au début, je pensais que le temps passerait vite. Petit à petit, le besoin de voir ma famille est devenu de plus en plus fort, d‘autant plus que mes petits jumeaux commençaient à peine à parler lorsque je suis partie ce qui est une phase exceptionnelle dans leur développement. Nous sommes restés en contact par téléphone et par vidéo. Mais je dois admettre que le plus difficile à gérer a été de ne pas voire réellement ma femme et mes enfants sous mes yeux. La solitude dans laquelle on se trouve malgré les gens qui nous entourent m‘a rendue plus sensible et m‘a ouvert les yeux sur des aspects et des détails dont je n‘étais pas conscient. Je trouve que c‘est aussi une conséquence très positive de cet engagement. J‘ai beaucoup appris sur moi-même, même plus que ce que j‘ai appris au travail. Les vacance sont clairement contribué à remédier au manque et je rentrerai bientôt chez moi, dans ma famille, avec un regard différent de celui que j‘avais avant mon départ.»


Retour Page d'accueil