print preview Retour Page d'accueil

D’adorables petits chasseurs au service des jets high-tech

Malgré toute la technologie dont est dotée l’aviation moderne, les collisions avec des oiseaux représentent toujours un véritable danger pour les avions de combat. Notamment les oiseaux de proie qui chassent dans le périmètre des bases aériennes donnent du fil à retordre aux responsables de la sécurité des vols. Le commandement de la Base aérienne de Meiringen tente de trouver une parade originale en utilisant des belettes.

18.08.2021 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

Une hermine sur un tas de pierres
En 2019, des mesures ont été mise en œuvre sur la Base aérienne de Meiringen dans le but d’encourager la présence des belettes, et plus particulièrement des hermines. ©VBS/DDPS, Elias Zwimpfer, Agrofutura

Le biologiste Elias Zwimpfer ne cache pas son enthousiasme : « C’est un excellent résultat! » Mandaté par armasuisse, il a mis en œuvre un projet de recherche visant à utiliser des belettes sur la Base aérienne de Meiringen. D’après les contrôles effectués, les mustélidés ont laissé des empreintes sur quinze des vingt emplacements. Plusieurs espèces de belettes sont des alliés efficaces pour lutter contre les souris. Et le nombre d’oiseaux de proie diminue avec celui des rongeurs, car les rapaces s’en vont s’il y n’a plus de nourriture. Ce procédé les a ainsi été tenus à l’écart de la piste, ce qui a permis de diminuer les risques de collisions avec des oiseaux auxquels les avions sont exposés.

Un périmètre attractif pour les belettes

En 2019, 47 tas de pierres ont été mis en place autour des pistes dans le but d’offrir aux belettes un refuge contre les prédateurs, un endroit où se reposer ou nicher. Les empreintes des animaux ont été relevées pendant six semaines à l’aide de papier et de tampons encreurs disposés dans des tunnels en bois. Les résultats de l’évaluation montrent que beaucoup de ces nouveaux aménagements sont utilisés et probablement déjà habités. Les belettes se sentent à l’aise sur la base aérienne et aux alentours.

Sécurité et prévention des accidents

Les collisions d’aéronefs avec les oiseaux sont dangereuses, mais les chutes d'avions causées par ce phénomène sont heureusement rares. Le dernier incident de ce type en Suisse fut la perte d’un Mirage et remonte à 1974. Cependant, douze accidents se sont produits en 2020 sur toutes les bases aériennes suisses, seulement pendant la phase de décollage et d’atterrissage. Dix-huit autres collisions ont été enregistrées dans les airs.

Le commandement de base aérienne doit assurer la disponibilité permanente et la sécurité des vols. Il avait déjà engagé une entreprise de dératisation qui a posé des pièges sur l’aérodrome, mais les belettes sont plus efficaces. Elles chassent toute la journée et ne connaissent par les vacances, ni les jours fériés. Une hermine femelle peut attraper jusqu’à 100 souris par semaine pour nourrir sa progéniture.

Plus de belettes, moins de collisions avec des oiseaux

Le moyen le plus simple et le plus avantageux financièrement de se débarrasser des rongeurs consiste donc à protéger leurs ennemis naturels. La voracité et les talents de chasseur de ces derniers permettent d’accroître la sécurité aux alentours des bases aériennes. De plus, la diminution de la population de rongeurs réjouit également les fermiers, qui participent à la mise en place des tas de pierres.

Le nombre de belettes a diminué au cours des dernières décennies à cause de l’agriculture intensive et du manque de cachettes. Par conséquent, le projet ne favorise pas seulement la sécurité des vols, il contribue également à la protection des espèces.