print preview Retour Page d'accueil

Ratés : ne pas toucher, marquer l’emplacement et signaler par téléphone ou via l’application

Ce qui était dangereux autrefois l’est peut-être encore aujourd’hui. Des munitions qui n’ont pas explosé peuvent encore constituer un danger mortel des décennies plus tard. En cas de découverte de munitions ou de débris de munitions lors d’une randonnée, ne pas toucher. Annoncer la découverte par téléphone au 117 ou sur l’application des ratés. Les spécialistes de l’Armée suisse se chargeront ensuite de les éliminer en toute sécurité.

05.10.2020 | Communication Défense, Gaby Zimmer

Lors d’une randonnée en montagne, il n’est pas rare de rencontrer des ratés. Même si la troupe ratisse le terrain après les exercices de tir pour éliminer les restes de munitions, on ne peut pas exclure que des munitions s’y trouvent encore. Les ratés sont des projectiles qui n’ont pas explosé ou seulement en partie. Parfois, enfouis dans le sol, ils ne dépassent que de quelques centimètres, comparables à des icebergs dont la dimension réelle est dissimulée sous l’eau. Souvent, les ratés restent sur place pendant des décennies, comme cet obus d’un lance-mines, tiré dans les années 1930 lors d’un exercice, qui a éclaté de manière inaperçue, sans toutefois détoner.

Ne pas toucher !

Les décennies passent, la vie s’écoule à côté des obus : année après année les paysans de montagne moissonnent les prairies alpestres. Été après été, les vaches mâchonnent paisiblement l’herbe, de jeunes couples venant admirer les couchers de soleil romantiques déploient leur couverture de pique-nique juste à côté des munitions. Les cyclistes dévalent les pentes, passant toujours de justesse à côté des obus, jusqu’à ce que, finalement, l’objet métallique brillant saute aux yeux de la futée Léa lors d’une promenade. Il est tentant de vouloir saisir cet obus encore intact ou presque. « Stop ! Ne pas toucher ! »

Marquer et signaler

Le père de Léa, Tim, est encore de la génération qui a grandi avec les appareils téléphoniques à cadran. À cette époque, un annuaire épais était disposé à proximité. Sur les premières pages répertoriant les numéros courts, une mise en garde d’une pleine page était consacrée aux ratés.

Les téléphones à cadran ont tous été relégués dans les musées. Aujourd’hui, on recherche les numéros de téléphone sur Google. Mais le numéro 117 est toujours en service. Il est relié à la Centrale d’annonce des ratés à Spiez, dont les collaborateurs enregistrent les annonces des citoyens et demandent des détails sur la découverte lors de l’appel afin de déterminer l’urgence de la situation.

Utiliser l’application

Toute personne qui possède un smartphone devrait télécharger l’application d’annonce des ratés. Gratuite, cette application donne des informations utiles pour déterminer le type de munition et indique, pas à pas, comment rédiger une annonce. Outre des photos de l’objet suspect et de son environnement proche, les coordonnées exactes du lieu de la découverte sont intégrées. Ainsi, la centrale d’annonce dispose d’une image complète de la situation. Selon la dangerosité de la découverte, les spécialistes de l’élimination des munitions non explosées sont envoyés sur place tout de suite ou ultérieurement pour éliminer les munitions dans les règles de l’art.

Ce qui était dangereux autrefois l’est peut-être encore aujourd’hui. C’est pourquoi, ne pas toucher les ratés, marquer l’emplacement et signaler par téléphone au 117 ou via l’application.

Symbole_mit_Text_f

Télécharger l’application d’annonce des ratés

qr-code

Thèmes associé

Ratés