print preview Retour Page d'accueil

Une cheffe d’équipe à la conquête de l’Atlantique

Future cheffe d’équipe à la BAC, Astrid Schmid s’est lancé le défi de sa vie : depuis le 12 décembre, elle participe à la course Atlantic Challenge au sein de la première équipe suisse composée de quatre femmes, traversant 3000 milles à la rame de La Gomera dans les Canaries à Antigua dans les Caraïbes. Un bel exemple de volonté et de résistance.

12.12.2019 | Communication Défense, Ruth van der Zypen

IMG_8678
Les Swiss OceanDancers avec Heidi, leur bateau, prêtes à danser sur les vagues de l’Atlantique

Son contrat de travail à la Base d’aide au commandement (BAC) est signé : dès mars 2020, Astrid Schmid sera cheffe Technique et logistique et remplaçante du chef du Centre de maintenance et de réparation (MRC). Le défi qui l’attend dès le 12 décembre ne fait certes pas partie des activités normales d’un collaborateur, mais ce projet a suscité un grand intérêt à la BAC. En effet, Astrid Schmid traversera 3000 milles à la rame de La Gomera à Antigua dans le cadre de l’Atlantic Challenge, la course transatlantique la plus difficile, au sein de la première équipe féminine suisse.

Une sportive d’endurance comme nouvelle cheffe

Theo Müller, responsable du MRC à Thoune et futur chef d’Astrid Schmid, se réjouit de travailler avec une nouvelle collaboratrice adepte des performances de haut niveau. Astrid Schmid a passé haut la main le processus de candidature et fait très bonne impression à sa future équipe. « Nous sommes aussi impressionnés par son entreprise privée à travers l’Atlantique », ajoute son futur chef. Lui-même skipper de haute mer durant son temps libre, il connaît bien les défis posés par l’océan. Selon lui, Astrid Schmid mérite d’ores et déjà un grand respect pour les efforts physiques et mentaux extraordinaires qu’elle devra fournir.

Pour la future collaboratrice de la BAC, son entrée en fonction au sein du Groupement Défense après l’Atlantic Challenge ne constituera pas un grand choc culturel. En effet, elle a déjà accompli cinq engagements avec la Swisscoy au Kosovo, dont trois en tant que cheffe du personnel. Elle connaît donc déjà bien des aspects du quotidien militaire.

Ramer pour de bonnes causes

Le signal du départ du Talisker Whisky Atlantic Challenge 2019, le nom officiel de la course, a été donné le 12 décembre à 11 heures, heure locale, à La Gomera, l’une des îles de l’archipel espagnol des Canaries. Les participants collectent aussi des fonds pour de bonnes causes. Ainsi, depuis 2013, cette course a permis de récolter plus de dix millions de francs et de les reverser à de nombreuses organisations à but non lucratif.

Des expériences éprouvantes mais uniques

Si le record pour une équipe de quatre femmes est actuellement de 34 jours, la traversée de l’Atlantique peut durer jusqu’à 60 jours, voire 90 pour les rameurs en solitaire. Les conditions sont éprouvantes, avec des vagues pouvant atteindre quinze mètres de haut. Par conséquent, les participantes doivent être au meilleur de leur forme non seulement physique, mais aussi mentale, puisqu’il leur faudra ramer sans la moindre interruption jusqu’à l’arrivée. Elles se relaieront toutes les deux heures : pendant que deux membres de l’équipe se dépenseront, les deux autres se reposeront.

Les équipes seront récompensées de leurs efforts par la proximité des animaux marins, qui accompagnent souvent les bateaux. Ainsi, il est arrivé qu’une baleine nage pendant sept jours à côté d’une équipe. Des moments inoubliables attendent donc les participants.

« J’aime les expériences intenses et les entreprises qui nécessitent une concentration totale », explique Astrid Schmid concernant son aventure sur l’Atlantique. Un défi de ce genre est très éprouvant, tant physiquement que psychiquement. Avant d’atteindre leur objectif de l’autre côté de l’océan, Astrid Schmid et ses camarades des Swiss OceanDancers devront donc mettre leur résistance à l’épreuve – une qualité toute militaire.

Photos

«Atlantic Challenge»

Les Swiss OceanDancers : Astrid Schmid, Carla Lemm, Sandra Hönig, Tatiana Aristilde Baltensperger

Distance : 4800 km (3000 milles), de La Gomera (Canaries) à Nelson’s Dockyard, Antigua (Caraïbes)

Durée : entre 29 et 60 jours

Nombre de coups de rame : environ 1,5 million

Dépense énergétique : 5000 kcal par jour et par personne

Nourriture : aliments secs spéciaux pouvant être préparés avec de l’eau

Consommation d’eau : environ 10 l par jour et par personne

«Heidi»

Bateau à rames léger avec deux cabines

Équipement électronique complet, y c. navigation par satellite et pilotage automatique, téléphone satellitaire et radio VHF

Cartes et système de navigation GPS

Dispositif solaire de traitement de l’eau

Baptême : Jeannine Gmelin, championne du monde et d’Europe d’aviron et ancienne sportive d’élite dans l’armée

Méthode : les quatre OceanDancers se relaient 24 heures sur 24, jusqu’à l’arrivée. Pendant que deux membres d’équipage rament durant deux heures, les deux autres se reposent, puis les rôles s’inversent.