print preview Retour Page d'accueil

Quand l'uniforme rencontre la blouse blanche

A la fin de sa formation de médecin militaire, un officier fraîchement promu rencontre un chef de clinique, un médecin de troupe expérimenté. Les deux exercent une fonction passionnante, avec un impact direct sur l'instruction, la motivation et la santé collective.

04.07.2019 | Communication Défense, Giorgio Krüsi

DSC00907
Fabio Agri (gauche) et Christian de Mestral partagent la passion pour la médecine militaire

Christian de Mestral, d'Aubonne (VD), a 26 ans et vient de devenir officier et médecin militaire. Il a beaucoup étudié mais il n'en est encore qu'à ses débuts dans sa carrière de médecin. Il a accompli son école de recrues en 2015 et a vu dans la formation de médecin militaire l'occasion de vivre une expérience pratique dans l'armée.

À Lausanne, il a eu l'opportunité de rencontrer Fabio Agri, 35 ans, médecin-chef de clinique au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et médecin militaire depuis 15 ans. Ce Biennois de 35 ans se souvient bien de son école de recrues, qu'il a accomplie en 2003. La camaraderie, le courage de réaliser des tâches inhabituelles dans le civil et l'esprit d'unité pour un but commun l'avaient séduit. Actuellement, Fabio Agri est officier médecin dans l'état-major de la formation d'aviation 11. Après une expérience intensive avec la troupe, il est sur le point de passer à l'état-major du médecin en chef de l'armée, où il s'occupera de stratégies, de planification et de coaching.

De généraliste à spécialiste

Les deux officiers recommandent la formation de cadre aux jeunes étudiants de médecine. «Avec la formation de médecin militaire vous progressez, à l'armée comme au civil. Vous passez d'un rôle de généraliste à celui de spécialiste, avec les responsabilités qui en découlent, mais également avec l'expérience managériale qui peut en être tirée et utilisée dans votre carrière civile», dit le capitaine Agri. En plus, avoue le lieutenant de Mestral, la formation aux urgences permet de se préparer de manière optimale aux futures situations de crise quelles qu'elles soient et, cerise sur le gâteau, «vous pouvez intégrer le stage pré-médical civil, obligatoire à la fin des études».

Echange et communication sont décisifs

Le capitaine Agri admet qu'il y a un certain décalage entre les générations: «Si la génération 70/80 se concentre à la tâche qu'on a lui donnée, les jeunes gens de la génération X/Y et Z ont par contre plutôt tendance à aller dans plusieurs directions à la fois». Afin de resserrer ce décalage, l'échange et la communication entre cadres et soldats est fondamentale. Il en va de la motivation et donc de l'atteinte des objectifs fixés. Le médecin militaire a une position privilégiée: «Nous avons un rôle transversal, d'intermédiaire et de motivateur à tous les niveaux hiérarchiques, c'est une grande opportunité», avoue le capitaine.

La fonction de médecin militaire ouvre de nombreuses portes dans la vie civile. Elle permet d'intégrer un réseau de spécialistes ou de chirurgiens actifs et expérimentés poursuivant tous le même objectif: la santé collective.
 

DSC_7690
Le colonel d'état-major général Peter Scheidegger, commandant de l'école d'officiers médecins militaires 41, promeut le sergent Christian de Mestral (à droite) au grade de lieutenant (Eglise St. Etienne de Moudon, 28.06.2019).

32 semaines de formation

Pour devenir médecin militaire, Fabio Agri et Christian de Mestral ont suivi la formation de sous-officier puis d'officier à Moudon. Une formation qui peut être suivie avant ou pendant les études, au plus tard deux ans après les examens finaux. Le candidat médecin militaire a normalement fréquenté une école de recrues auprès des écoles d'hôpital de Moudon ou sanitaires de Airolo avant de faire de l'avancement. Si un conscrit qui est candidat médecin est connu avant, une école de recrues raccourcie de 6 semaines sera effectuée (voir graphique). Cette école se fait plutôt à l'école hôpital 41 de Moudon. Après ceci une école de sous-officiers de 6 semaines est réalisée avant l'école d'officiers de 8 semaines. Cette école peut être fractionnée en deux. Après la réussite de l'examen fédéral de médecine un service pratique de 12 semaines comme médecin de troupe sera effectué.