print preview Retour Page d'accueil

Détermination, agilité et endurance : les spécialistes miliciens de l’atelier des chars

Le bataillon de chars 13 dispose de nombreux spécialistes de la logistique en charge du Léopard 87 et du char de grenadiers 2000. Les mécaniciens de la section de maintenance se tiennent toujours prêts à faire face aux défectuosités, aux vices, aux dégâts ou à répondre à des questions techniques. Ces soldats, qui exercent des professions semblables au privé, sont répartis en divers groupes d’assemblage (châssis, partie électrique, tourelle, etc.) pour lesquels ils ont été spécialement formés.

26.06.2019 | PIO bat bl 13, Of spéc Cosimo Lupi / Comm D

kommv_webbericht_1
Réception des ordres en atelier.

Le système de milice de l’Armée suisse permet d’assurer une sélection ciblée, déjà lors du recrutement. Il n’est dès lors pas étonnant que les mécaniciens de chars travaillent au civil comme mécaniciens d’automobiles, de poids lourds, de machines agricoles ou comme polymécaniciens. Dans le cadre de notre cours de répétition, ce n’est pas seulement l’atelier qui change, mais également les engins en maintenance ou en réparation : dans notre cas, ils possèdent plutôt des chenilles que des pneus, par exemple.

Comme toutes les recrues, les mécaniciens de chars suivent pendant leur école de recrues une instruction générale de base (« instruction verte »). Cette phase terminée, les mécaniciens sont répartis entre mécaniciens sur Léopard 87 et mécaniciens sur chars de grenadiers ; ils reçoivent alors une instruction spécifique au type de char sur lequel ils travaillent. Selon le groupe d’assemblage, les futurs spécialistes miliciens suivront ensuite des leçons supplémentaires destinées à parfaire leur formation. Les mécaniciens sur tourelle doivent par exemple être capables de charger et de décharger toutes les armes d’un char. Par ailleurs, les connaissances des armes sont très importantes pour que les mécaniciens puissent effectuer en toute confiance les réparations sur les canons ou la mitrailleuse de la tourelle.

Pour être autorisés à effectuer également des courses d’essai, les mécaniciens de châssis doivent se présenter à un examen de conduite. Puis les connaissances acquises sont mises en pratique lors de l’instruction en formation. Le but y est de structurer la marche de l’atelier dans son entier, de faire des réparations et d’éliminer les vices en équipe.

L’incarnation de l’« inusable 13 »

Les spécialistes de la cp log chars 13 ont pour mission permanente d’assurer en tout temps l’engagement d’un maximum de chars, de véhicules et d’engins. C’est pourquoi ils sont opérationnels 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. La compagnie exploite un atelier de bataillon équipé d’outils pour tous les véhicules et engins engagés. Par ailleurs, la cp log chars dispose d’un groupe de remise en état mobile capable d’effectuer des réparations également sur le terrain. Grâce aux spécialistes miliciens dans les domaines véhicules, armes et engins, les ordres sont accomplis rapidement et avec efficacité, ce qui garantit la disponibilité du bataillon.

La cp log chars contribue ainsi de manière déterminante à ce que le bat chars 13 puisse remplir sa mission. L’« inusable 13 », tel est le surnom du bataillon, est fidèle à sa devise « détermination, agilité et endurance ». Déterminés, les mécaniciens le sont également dans la pratique de leur métier. Le groupe de remise en état mobile, lui, symbolise l’agilité et assure également l’endurance du bataillon en effectuant des travaux de réparation et d’entretien sur son matériel.