Retour Page d'accueil

Collaboration fructueuse entre les pompiers civils et militaires

Le 2 juin a eu lieu l'exercice de feu de forêt Calanda avec la collaboration des pompiers de la base logistique de l'armée de Hinwil, les pompiers de Domat/Ems-Felsberg, les pompiers de Coire et la protection civile. Cet exercice, réalisé sur la place d'armes de Coire et sur la montagne Calanda qui surplombe la ville, marquait les 75 ans du grand incendie de 1943.

11.06.2018 | Communication Défense

6817_049

 

C'est sous un soleil de plomb que 250 pompiers, une trentaine de membres de la protection civile et deux hélicoptères, dont un Super Puma de l'armée, étaient engagés le samedi 2 juin durant l'exercice Calanda à Coire. Selon le scénario de l'exercice, un feu de forêt faisait rage sur la montagne, nécessitant l'intervention de plusieurs corps de pompiers et de deux hélicoptères pour assurer l'extinction. Une trentaine de personnalités officielles, parmi lesquelles des Conseillers d'Etat, des représentants de la ville de Coire et de la police cantonale des Grisons, étaient présentes. «Une organisation immense, les premières séances de préparation ont eu lieu il y a deux ans. Nous nous donnons beaucoup de peine car c'est important de montrer que le travail des pompiers est utile», précise Thomas Brügger, le commandant des pompiers du centre logistique de l'armée de Hinwil.

Une zone à risque

Les anciens de la ville s'en souviennent peut-être encore. Au mois d'août 1943, les tirs de la place d'armes provoquèrent un violent incendie qui fit rage pendant trois jours et trois nuits. Au total, 3'500 hommes et 100 chevaux avaient été engagés et plus de 470 hectares de forêt avaient brûlé. Il avait fallu sept semaines pour éteindre entièrement l'incendie. Depuis, l'armée a pris des précautions. Un mur contre les incendies et huit réservoirs d'eau ont été construits sur la montagne. Il faut dire que la région est particulièrement aride, malgré le Rhin qui se trouve à proximité, et les débuts d'incendie sont monnaie courante. Sur la place de tirs, à proximité de l'exercice, des arbres noircis témoignent encore du début d'incendie qui s'est déclaré le 19 avril dernier suite à des exercices militaires. Un garde-forestier présent sur place pour le service pour la forêt et les dangers naturels avertit d'emblée: «Une étincelle suffit à tout embraser».

Déroulement de la matinée

La matinée a commencé à 9h avec l'accueil des invités sur la place d'armes. Le commandant des pompiers de Domat/Ems-Felsberg, Urs Tanner, leur expliqua en détail le déroulement de la matinée avant que tous soient acheminés sur le lieu de l'exercice. Tandis que les pompiers s'activaient sur la montagne, les invités assistèrent au transport et au chargement de l'eau sur la place de tirs. Une conduite de 800 mètres avait été déployée depuis le Rhin pour alimenter deux réservoirs de 30'000 litres dans lesquels les deux hélicoptères puisaient l'eau pour l'apporter ensuite sur la montagne vers le lieu de l'incendie fictif. Les allers-retours des hélicoptères entre la montagne et les réservoirs firent une forte impression sur le public. De nombreux curieux en balade et en particulier des enfants profitèrent du temps radieux pour observer à distance les hélicoptères effectuer les transports d'eau. De quoi réjouir le commandant Thomas Brügger: «Les enfants sont notre avenir, c'est important d'attirer les jeunes». Les invités reçurent en outre de la part du service pour la forêt et les dangers naturels des explications sur les stratégies pour lutter contre les feux de forêt.

A midi, une fois l'exercice terminé, pompiers et invités purent déguster ensemble le repas préparé la protection civile, chargée de la subsistance et des transports durant l'exercice.  

«Je suis très content, a déclaré le commandant Thomas Brügger au terme de la matinée, les objectifs ont été surpassés. C'est super ! Maintenant il faut continuer à entraîner la collaboration avec les partenaires civils». Même écho positif du côté de Christian Rathgeb, Conseiller d'Etat en charge de la justice, sécurité et santé: « C'était sensationnel de voir la collaboration entre les différents partenaires. Je suis très content du soutien de l'armée.  On a vu avec Bondo ou avec les incendies au Tessin ces dernières années que la collaboration est importante».