print preview Retour Page d'accueil

Un (presque) tout nouveau Duro

Bientôt presque légendaire, le Duro s’est vu administrer une véritable cure de jouvence. Les troupes bénéficient désormais d’un transport non seulement plus moderne, mais aussi plus sûr et plus confortable. Cuminaivel a testé ce fourgon.

14.01.2020 | CUMINAIVEL | ac/fe

Ein (fast) komplett neuer Duro

 

Le Duro est LE véhicule de l’armée suisse. Tout soldat a déjà utilisé au moins une fois ce tacot. Mais ce fourgon a subi un lifting intégral. Après quelques kilomètres de route, le doute n’est plus permis: le Duro est arrivé dans l’ère moderne.

À peine la clé de contact tournée que le Duro montre une de ses principales nouveautés: là où se trouvait autrefois un simple tableau de bord en plastique figure désormais un affichage tout électronique. Qu’il s’agisse du nombre de kilomètres parcourus, de l’essence restante, de la température extérieure ou de la vitesse, tout apparaît désormais sur un petit écran derrière le volant.

Mis à part cela, le véhicule offre bien plus de confort, surtout pour le conducteur, et dispose enfin d’un système anti-blocage des roues et d’un correcteur électronique de trajectoire. La modernité du système de propulsion automatique et les 163 chevaux permettent à ce fourgon, pouvant peser plus de six tonnes, d’accélérer de manière beaucoup plus douce et de décélérer de façon automatique dans les descentes. Ainsi sont épargnés non seulement les nerfs des occupants, mais aussi le matériel. Cerise sur le gâteau: le nouveau Duro dispose à présent de quatre puissants phares LED à l’avant.

Cependant, le Duro I WE, telle est le nom officiel du fourgon, n’est pas un tout nouveau véhicule, mais le résultat d’un ensemble dit de maintien de la valeur. La carrosserie et le châssis restent presque identiques à ceux du modèle précédent. Le volant et la console centrale dans la cabine du conducteur se retrouvent eux aussi dans le dernier modèle. C’est du point de vue de la sécurité que les choses ont changé: autrefois réputées inconfortables, les banquettes arrière ont été totalement retravaillées. Chaque soldat est désormais assis sur une assise individuelle, assortie d’une ceinture à quatre points d’attache. Ainsi, même un freinage brusque est absorbé sans problème. En contrepartie, il a fallu faire des concessions en matière de volume: seuls douze militaires peuvent prendre place à l’arrière, contre vingt auparavant.

À présent, les troupes suivent tour à tour des formations sur ce nouveau modèle, et les conducteurs se familiarisent à la tenue de route du (quasi) nouveau véhicule. Pendant le WEF, diverses unités profiteront déjà des nouveaux avantages du Duro et, partant, se sentiront plus en sécurité sur les routes et le long de la chaussée.