Retour Page d'accueil

«Les soldats sont la carte de visite de notre pays»

Pendant le WEF, Christian Rathgeb, le responsable cantonal de la sécurité, a renoncé à assister à de nombreux discours au Centre des congrès de Davos pour soigner les relations entre les soldats et les forces d’intervention civiles. Le retour qu’a donné la population lui a fait plaisir.

26.01.2018 | mr, fe

Rathgeb_Caduff
(gr)

 

«Sans le soutien des soldats, le WEF ne pourrait pas être organisé», affirme Christian Rathgeb, le responsable de l’engagement en faveur du WEF et de la sécurité dans le canton des Grisons. En visite avec le commandant de la Région territoriale 3 et divisionnaire Lucas Caduff, il a souligné l’importance de l’armée. Cette année, la collaboration entre les militaires et les forces civiles a une fois de plus très bien fonctionné. Autrefois, un policier davosien et un chien patrouillant toutes les deux heures suffisaient pour assurer la sécurité. Aujourd’hui, ce serait impensable, selon Rathgeb, qui transmet personnellement la reconnaissance du gouvernement grison aux soldats. Pour ce faire, il a décliné l’invitation au discours du président américain. À ses yeux, la relation avec les troupes est tout aussi importante que celle avec la police. «Pendant le WEF, les soldats sont en engagement pendant des heures dans des conditions parfois difficiles. Je me rappelle encore l’époque où j’étais en engagement au profit du WEF.» Ces derniers jours, il a reçu de nombreux retours positifs de la population: «Dans la rue, les gens m’ont parlé en bons termes de l’amabilité des soldats. C’est un feed-back réjouissant. Les soldats sont la carte de visite de notre pays.»

 

On ne sait pas encore si ces soldats viendront soutenir les forces d’intervention civiles lors du WEF 2019, car le Parlement doit d’abord adopté un nouvel arrêté fédéral à ce sujet. Si l’armée devait à nouveau fournir un engagement subsidiaire, ce seraient de nouvelles formations qui seraient en engagement. «Je souhaite d’ores et déjà aux nouvelles troupes de passer un bon service et d’être animées d’une attitude positive par rapport à leur mission», conclut le conseiller d’État Christian Rathgeb, avant d’ajouter qu’il se réjouit déjà à l’idée d’accueillir l’armée l’année prochaine.