Retour Page d'accueil

Ils romontsch e l’armada

Als divers posts el contuorn da Tavau ein schuldai dall’armada Svizra ord tut las 4 regiuns linguisticas dalla Svizra en survetsch. Ina cumpignia unicamein romontscha dad ei buca pli. Cumineivel sededichescha pli exact a questa tematica.

25.01.2018 | lj

gion-fahne2

Article en Français

 

Sur les différents objets et positions autour de Davos, des militaires des quatre régions linguistiques de la Suisse sont en service. Les Grisons sont d’ailleurs le seul canton trilingue. Pourtant à domicile, les Romanches n’ont plus de compagnies qui leur sont propres. Cuminaivel s’est penché sur le sujet.

 

Selon l’article 57 du Règlement de service, le supérieur est tenu de s'exprimer dans la mesure du possible dans la langue du subordonné auquel il s’adresse. Dans les formations multilingues, c’est dans tous les cas la langue écrite qui doit être parlée, soit une façon discrète d’imposer l’allemand comme langue unique.

 

La question du multilinguisme n’est pas nouvelle au sein de l’Armée suisse. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Romanches parlaient beaucoup moins l’allemand qu’aujourd’hui. Le principe de la territorialité s’appliquait. Les cantons décidaient de la ou des langues des bataillons qui leur étaient attribués. Contrairement à ce que les résultats de la votation sur la reconnaissance du romanche comme langue nationale (91,7 % de oui), le débat du multilinguisme faisait pourtant déjà rage. Ainsi, le conseiller national Meili (ZH) demandait au Conseil fédéral de remplacer l’allemand par le dialecte lors des données d’ordre dans un postulat de 1958.

 

Pour un observateur externe et non averti, le romanche semble être une langue unique. Il s’agit en réalité de cinq idiomes différents. Depuis 1982 et du fait de la lia rumantscha, la langue écrite (rumantsch grischun) a été unifiée et environ 35'000 personnes en Suisse indiquent parler principalement cette langue.

 

Dans les années 90, sous l’impulsion de plusieurs officiers romanches et de la lia rumantscha, quatre compagnies d’infanterie intégralement romanches ont été créées pour une phase de test. Le capitaine Lucas Caduff (cp fis mut II/101 1990-1994),, aujourd’hui divisionnaire, ainsi que le capitaine David Accola (cp füs mut III/114 1992-1994), aujourd’hui colonel EMG, ont tous deux conduit ces compagnies. Le règlement de service 80 a donc été traduit en deux idiomes romanches (ladin et sursilvan), de même que la plupart des documents nécessaires à l’instruction. L’instruction a quant à elle toujours été donnée en allemand dans les écoles de recrues, et ce même au sein de l’école d’infanterie de Coire. Il était donc impossible de tout réapprendre pendant les cours de répétition. Après la fin de la phase pilote et les mutations des principaux officiers responsables, le projet ne fut pas concrétisé.

 

Que reste-il de cette phase pilote ? L’allemand est redevenu la langue de commandement dans les anciennes compagnies romanches. De plus, ces dernières ont été depuis dissoutes dans le cadre de l’Armée XXI et plus aucune formation n’est particulièrement alimentée par des Romanches. Les règlements et même la loi sur l’armée ne sont plus traduits. Comment vivent les Romanches engagés au WEF ? La rédaction de Cuminaivel a eu beaucoup de mal à les trouver, tant ceux-ci se sont avérés polyglottes. Il n’est en effet par rare que ces derniers parlent, en plus de l’allemand et du romanche, une troisième langue nationale. Ce sont en réalité les officiers germanophones qui sont les plus dépendants de l’application des principes de la langue écrite et unique. Il leur faudrait donc fournir un effort tout particulier dans l’apprentissage et la pratique des langues nationales.

 

«L’absence de résolution du problème de la sous-représentation proportionnelle des minorités linguistiques, notamment dans les rangs des officiers et sous-officiers, affaiblirait durablement l’image d’une armée soutenue par l’ensemble de la population», relevait en 2010 un rapport sur le sujet. C’est pourtant l’armée qui, en réunissant autour de Davos des Romands, des Suisses allemands, des Tessinois et des Romanches sous une même bannière, permet aux différents militaires d’échanger et, pour certains, de découvrir le canton des Grisons.

 

Au moment de conclure ces quelques lignes, Cuminaivel ne peut s’empêcher de citer le poète allemand Rückert (La sagesse des Brahmanes, Vol. 2) :


 

Mit jeder Sprache mehr, die Du erlernst, befreist
Du einen bis daher in Dir gebunden Geist
Der jetzt tätig wird mit eigner Denkverbindung,
Dir aufschliesst unbekannt gewes’ne Weltempfindung,[…].


 

Chaque fois que tu apprends une nouvelle langue, tu libères

Un esprit jusque-là en toi ligoté, 

Qui à présent devient actif avec son propre cadre de pensée

Et te dévoile une façon inconnue de ressentir le monde,[…]


Quelques traductions en Sursilvan:
Ensemble   Cuminaivel
Bonjour Bien di
Au revoir Sin seveser
Fusil d’assaut buis d’assagl
Pistolet pistola
Compagnie, garde à vous Cumpignia adatg!
Parles-tu romanche ? Discuoras ti romontsch?
Comment dis-tu… en romanche 
Sco ha … num per romontsch?
J’aimerais un verre de vin Jeu vess bugen in migiel vin
Bière gervosa
Chocolat chaud Tschugalata caulda
La gare staziun
As-tu bien dormi? Has ti durmiu bein?

Recommandation

Cuminaivel vous recommande pour votre prochaine pause la chanson romanche « Siemis » de Liricas Analas, dont les paroles reflètent bien le thème du World Economic Forum : « Creating a Shared Future in a Fractured World ».

Liricas Analas – Siemis

 

Il superiur duei tenor artechel 57 dil reglement da survetsch adina communicar el lungatg dil subordinau. En uniuns cun plirs lungatgs duei vegnir tschintschau tudestg. Quei fuss denton buc en favur dil principi dalla plurilinguitad. Ils Svizzers ein loschs che romontsch vegn renconuschiu sco lungatg ufficial, perquei ch’il lungatg romontsch ei unics. Dapi 1982 e grazia alla Lia Rumantscha ei il lungatg screts vegnius unificaus, aschia che rodund 35'000 habitonts Svizzers indicheschan romontsch sco lur lungatg mumma. El mument vegn romontsch discurriu en 5 differents idioms.

 

Las discussiuns pertucont la plurilinguitad ei era per l’armada Svizra negin novum. Duront il temps dalla secunda uiara mundiala tschintschaven il romonschs per exempel mender tudestg che ozildi. Da quei temps drovan ins il principi territorial. Ils cantuns savevan decider sez, tgei lungatg che duei vegnir discurrius els batagliuns che eran parti tier ad els. Era il pievel discutava adina puspei sur dils lungatgs naziunals. Quei cumbein ch’il lungatg romontsch era vegnius renconuschius sco lungatg offical dalla Svrizra cun in clar GIE (91.7%).

 

Grazia alla iniziativa da plirs officiers romontschs ed en favur dil lungatg romontsch ein els anno 90 4 cumpignias romontschas vegnidas fundadas per ina fasa da test. Suenter la fundaziun da quellas 4 cumpignias ei il reglement da survetsch 80 sco era plirs reglements da scolaziun vegni translatai en dus idioms (ladin e sursilvan). Malgrad da quella innovaziun ein tut las scolas da recruta vegnidas fatgas per tudestg, quei perfin alla scola infanteria a Cuera. Aschia era ei buca pusseivel dad emprender tut per romontsch duront in “CR”.  Alla fin dil temps d’emprova e suenter il regruppament dils officiers romontsch ei il project buc vegnius persequius pli. Particular ei che divisiunari e cumandant dalla div ter 3, Lucas Caduff, sco era colonel el stab general e patrun dil stab dalla div ter 3, David Accola, eran manaders da 2 da quellas cumpignias (Cp fis munt II/91 da 1990-1994 resp. Cp fis munt III/114 da 1992-1994). En connex cun il WEF ein omisdus cumandants communabel en survetsch e meinen l’opperaziun el cantun romontsch.

 

Tgei ei restau dalla emprova ? Las cumpignias romontschas ein vegnidas sligiadas si en connex cun l’armada XXI ed ei dat strusch pli uniuns che consistan ord schuldai dall’armada Svizra che tschontschan romontsch.

 

Nus vulein saver co ei va cun ils schuldai dall’armada Svizra che discuoren romontsch duront lur survetsch al WEF. Nus havein breigia dad insumma anflar quels schuldai cunquei che tuts tschontschan plirs lungatgs. Igl ei usit, che quels schuldai tschontschan romontsch ed aunc tudestg. Il tierz lungatg Svizzer talian san mo paucs.

 

Duront il WEF muossa l’armada ch’ella sa unir schuldada da tut las 4 regiuns linguisticas en il contuorn da Tavau.

 

Cuminaivel vul finir questa contribuziun cun ina poesia dad il Tudestg poet Rückert (Die Weisheit des Brahmanen):


Mit jeder Sprache mehr, die Du erlernst, befreist
Du einen bis daher in Dir gebunden Geist
Der jetzt tätig wird mit eigner Denkverbindung,
Dir aufschliesst unbekannt gewes’ne Weltempfindung,[…].


Cussegli

Cuminaivel cusseglia a vus per vossa proxima pausa la romontscha canzun «Siemis» dallas Liricas Analas, cunquei che il text dalla canzun dat neu il tema actual dil WEF: «Creating a Shared Future in a Fractured World».

Liricas Analas – Siemis