Retour Page d'accueil

Cinq étages et plus de 70 chambres: l’équipe de nettoyage ne chôme pas

Elle ne commence à travailler que lorsque les autres soldats sont en train d’accomplir leurs missions. Dans le plus grand logement qu’occupe l’armée pendant le WEF, l’équipe de nettoyage nettoie chaque jour cinq étages et plus de 70 chambres. Ce qui va de soi pour les soldats engagés en faveur du WEF demande un temps d’adaptation pour les militaires en service long.

26.01.2018 | fe

IMG_1711
(ph)

 

C’est la mission la plus pénible à accomplir dans une maison. Nettoyer la douche, les toilettes ou la cuisine fait sûrement partie des tâches quotidiennes que nombre d’entre nous rechignent à effectuer. Dans les colocations, ce n’est pas pour rien que l’on trouve parfois un petit panneau sur lequel est inscrit qui fait quoi quel jour, de sorte que les toilettes restent propres. Et la tâche n’est pas plus aisée lorsqu’il faut nettoyer pour plusieurs compagnies.

 

Nous rencontrons l’équipe responsable de la propreté dans le plus grand logement qu’occupe l’armée pendant le WEF. En visitant les lieux, il devient vite évident que cette équipe a beaucoup de travail: quelque 70 chambres, de nombreuses douches et de un grand nombre de toilettes doivent être nettoyées chaque jour. «Nous nous rencontrons le matin peu avant sept heures et nous nous répartissons sur les cinq étages. Pendant deux bonnes heures, nous vidons les poubelles, lavons les douches, nettoyons les toilettes et faisons les sols. Nous déblayons aussi la neige tombée devant le logement», raconte le soldat Schindler, qui travaille au civil en tant que gestionnaire d’événements dans un grand hôtel. Le soldat Meyer, qui conduit l’équipe avec le soldat Schindler, ajoute qu’ils effectuent deux nettoyages intermédiaires à midi et le soir. Lorsqu’on leur demande si cela ne les dérange pas de nettoyer ce grand logement pour tous leurs camarades, le soldat Meyer répond: «Non. Personnellement, cela ne me fait rien. Je le fais déjà depuis plusieurs CR. Ce n’est pas trop nous demander que de nettoyer les toilettes.» La réponse du soldat Reinhard, militaire en service long, est un peu plus nuancée, car il fait partie de l’équipe de nettoyage uniquement pendant le WEF: «Comme je suis incorporé normalement dans les transports, c’était un sacré changement pour moi au début. Mais avec le temps, je m’y suis fait. D’ailleurs, le nettoyage d’un logement comme celui-ci ne doit en rien être comparable avec celui d’une caserne.» Le soldat Meyer répond en rigolant: «Au début, nous avons dû un peu pousser les militaires en service long. Mais depuis, nous nous sommes habitué les uns aux autres.»

 

Il semble ne pas y avoir de retour de la part des camarades dans le logement sur le travail de l’équipe de nettoyage. Selon le soldat Schindler, nombreux sont ceux qui estiment tout à fait normal le fait que les douches et les toilettes soient toujours propres à leur arrivée. «Ce serait sympa que les soldats fassent un peu plus attention. Le nettoyage des douches est parfois fort pénible», complète le soldat Meyer. Cependant, l’équipe accomplit sa mission avec plaisir dans ce grand logement. Et, même s’ils ne le montrent pas, les autres soldats leur sont reconnaissants de trouver des chambres, des douches et des toilettes propres après avoir passé toute une journée en engagement dans le froid.