Retour Page d'accueil

Dübendorf: une porte sur le monde

Quand les décideurs politiques et économiques débattent à Davos, la base aérienne de Dübendorf s’anime. Des avions d’affaires et des hélicoptères décollent et atterrissent en permanence pour transporter les invités du Forum économique mondial.

25.01.2018 | sh, fe

Businessjet
Les avions d’affaires sont prêts à ramener les invités du WEF à la maison. (Rolf Müller)

 

Fin 2005, lorsque les Forces aériennes suisses ont retiré les derniers F/A-18 de la base aérienne de Dübendorf, les pistes historiques sont devenues bien calmes. Cependant, en janvier 2007, la vie est revenue sur le tarmac de l’Oberland zurichois.

 

«Autrefois, les avions d’affaires amenant les invités du WEF à l’aéroport de Zurich devaient parfois redécoller pour être parqués à Munich ou à Nice», raconte le colonel EMG Hans-Peter Erni. «Bien évidemment, c’était un non-sens écologique et pouvait être perçu comme une attitude peu hospitalière», poursuit-il. C’est pourquoi il a participé activement aux projets lancés il y a onze ans de cela pour remédier au manque de place.

 

Le directeur général du WEF a proposé la solution actuelle

En 2016, la base aérienne de Dübendorf a non seulement servi de place de parking pour la première fois, mais elle est également devenue une porte sur le monde. Depuis, les avions d’affaires peuvent atterrir directement et les passagers débarquer. «Ainsi, nous réduisons le nombre de vols à vide et désengorgeons l’aéroport de Zurich. C’est Alois Zwinggi, le directeur général du WEF, qui a soumis ce projet», précise le colonel EMG Hans-Peter Erni. La Loi fédérale sur l’aviation prévoit que, dans la mesure où les intérêts militaires le permettent, les aérodromes qui appartiennent à la Confédération sont également ouverts à l'aviation civile. «Cette disposition est tout à fait applicable à Dübendorf», renchérit Erni.

 

En janvier, la police cantonale, la douane et des entreprises de services d’assistance en escale ont émigré à Dübendorf pour mettre en œuvre tout ce qui est nécessaire au transfert des passagers internationaux. Au même titre que skyguide, la Base logistique de l’armée, le dispositif militaire de sécurité, la Police militaire et les Forces aériennes, l’aéroport LSMD, tel est le code OACI de la base aérienne de Dübendorf, devient un nœud du réseau mis en place dans le cadre du WEF. Il s’agit certes d’un petit nœud, mais c’est aussi un nœud de premier ordre. «La collaboration entre tous ces partenaires fonctionnent à merveille», souligne le colonel EMG Hans-Peter Erni.

 

Pas d’invité protégé par le droit international public

Cette année, on s’attend à ce qu’une trentaine d’avions amènent des particuliers en Suisse. Erni insiste que les personnes protégées par le droit international public n’atterrissent pas à Dübendorf, mais à Kloten.

À Dübendorf, tout est prévu non seulement pour la sécurité, mais aussi pour l’intimité des invités: les barbelés qui ont été rajoutés dissuadent les curieux d’escalader la clôture qui entoure la base aérienne et sur laquelle des panneaux de toile blanche ont été tendus. C’est non sans fierté que le colonel EMG explique que les invités peuvent profiter d’un salon d’accueil dans la halle 7. Ceux qui veulent reprendre le vol vers Davos peuvent prendre place dans l’un des hélicoptères civils stationnés cinquante mètres plus loin ou monter dans une des limousines qui les attendent devant la porte. «La demande est importante. Les services proposés à Dübendorf semblent donc convenir», conclut le colonel EMG Hans-Peter Erni.