Retour Page d'accueil

CUMINAIVEL | «A chaque lettre, une émotion»

Les Long-Pants 06, parfaits quand il fait -10°C, le saucisson aux saveurs de la maison à partager avec les camarades ou la lettre d'amour qui réchauffe le cœur. La poste de campagne, ce sont avant tout des paquets remplis de bonne humeur et de premiers secours. «L'essence même de notre mission n'a jamais changé», confirme le chef de la poste de campagne de l'armée et colonel Fritz Affolter à Cuminaivel.

22.01.2018 | fe

_Postchef_2
La poste de campagne, dirigée par le colonel Fritz Affolter, distribue chaque année 850‘000 journaux. (ph)

 

Des lettres, des paquets et des journaux. Encore des lettres, encore des paquets et encore des journaux. La poste de campagne de l'armée suisse a récemment fêté ses 125 ans. Bien que l'organisation de ce service ait beaucoup changé, le contenu des envois sont restés les mêmes. «C'est vrai qu'on écrit beaucoup moins de lettres qu'il y a dix ans; de nos jours, les SMS suffisent amplement. Mais il n'est pas encore possible d'envoyer des paquets par message électronique. L’envoi de colis est particulièrement prisé des recrues», explique le colonel Fritz Affolter, qui dirige la poste de campagne depuis 2010. Il énumère quelques chiffres pour illustrer la grande popularité de ce service: «Chaque année, nous expédions 1,3 million de lettres, dont plus de 920’000 de la part des autorités, 220’000 paquets et 880'000 journaux.» Malgré le recul du nombre d'envois, la poste de campagne poursuit sa mission. «A chaque lettre, une émotion», affirme Affolter avec enthousiasme, avant de préciser qu'une lettre montre que quelqu'un a pris le temps de réfléchir à quelque chose, d'envoyer une bonne nouvelle ou de faire parvenir d'indispensables ustensiles oubliés à la maison.»

 

De plus, la poste de campagne livre le courrier aussi bien lors des exercices qu'au cours des formations. Le colonel ajoute que, autant que la qualité de la nourriture, la ponctualité et la fiabilité des envois doivent être assurées en tout lieu et en tout temps. «Les retards restent des exceptions», aime à dire le colonel. Une telle philosophie est d’autant plus importante dans le cadre d’un engagement réel, comme celui au profit du WEF. Affolter explique que, dans de telles circonstances, le nombre de paquets augmente de manière exponentielle. À l’inverse des autres CR, les militaires en engagement n’ont pas droit aux habituels week-ends de congé, raison pour laquelle ils ont plus besoin de nous. Les circonstances dont parle le chef de la poste de campagne représenteront toujours l’un des plus grands défis: «L’efficacité de notre travail dépend de l’exactitude de l’adresse des troupes, lesquelles sont de plus en plus souvent logées à différents endroits et en petits détachements. Ce n’est donc pas une mission facile, même si nous devons l’accomplir coûte que coûte pour que nous puissions continuer de garantir notre fiabilité. Et nous y arriverons, j’en suis sûr.»