Retour Page d'accueil

Les chiens militaires doivent prouver leurs compétences pour le WEF

Pour gérer le contrôle des accès et la surveillance des lieux pendant le WEF, l'infanterie peut compter sur le soutien des chiens militaires. Ces derniers doivent cependant réussir l'examen d'engagement pour pouvoir être de la partie.

19.01.2018 | fe

_Top_Hund_00011

 

C'est un de ces jours où le temps est complètement détraqué: la tempête Evi est arrivée aux Grisons, apportant avec elle des chutes de neige incessantes. Mais cette météo capricieuse ne perturbe pas les soldats de la compagnie des conducteurs de chiens 13/5. Par ce temps peu clément, les chiens doivent passer l'examen d'engagement pour pouvoir accompagner leur maître au WEF.

 

Nous passons l'après-midi avec le sergent Aebi et Faro, son malinois. Tous deux servent dans la compagnie depuis six ans. Aebi est un conducteur de chien aguerri. Avant d'avoir Faro, il était en engagement avec un autre chien. Cependant, cette longue expérience ne suffit pas pour dissiper la tension. Il faut absolument réussir le premier exercice de l'examen. Sinon, pas d'engagement au WEF. Faro est testé sur sa capacité à ne pas prendre peur lorsque des coups de feu sont tirés. Malgré une certaine appréhension, il réussit l'exercice et peut ainsi continuer. Sur le chemin qui mène au poste suivant, le chef du détachement et premier-lieutenant Ottiger nous explique la nécessité d'une confiance indéfectible entre le maître et l'animal: «Un engagement au WEF n'est possible que si les deux sont en harmonie».

 

Comme les chiens de cette compagnie soutiendront l'infanterie, un fantassin armé accompagne Aebi et Faro pendant les prochaines épreuves. Ils parcourent la prairie enneigée pour s'assurer qu'aucune personne non autorisée ne se trouve là. Faro balaie du regard chaque centimètre carré des environs... et aboie soudainement de toutes ses forces pour donner l'alarme: un civil malintentionné se tient sur le terrain. Lorsque l'homme se précipite sur eux, Aebi réagit au quart de tour et ordonne à son chien d'attaquer. La violence de la morsure à la cuisse que lui inflige Faro fait tomber le civil, permettant ainsi de procéder à son arrestation. Aebi et Faro réussissent également cet exercice, et la nervosité du début s'est envolée. Au cours des prochaines épreuves, l'impressionnant esprit d'équipe qui unit le sergent et le malinois leur permet d'atteindre un très bon score final. «Faro a vraiment bien réussi les exercices. Je suis content de sa performance», se réjouit Aebi une fois la dernière épreuve passée. Il s'agissait d'ailleurs de leur ultime examen d'engagement, car la carrière militaire d'Aebi et de Faro prendra fin après le WEF. Mais avant d'en être là, il reste encore beaucoup à faire à Davos.