print preview Retour Exercices et activités

Première pilote d'avion de combat de l'Armée suisse

Elle a commencé sa formation de pilote en 2012, mais en 2009 déjà elle participait au programme SPHAIR. Dix ans plus tard, elle est assise dans le cockpit d'un F/A-18 Hornet et protège l'espace aérien helvétique. Le premier-lieutenant Fanny «Shotty» Chollet est la première pilote d'avion de combat de la Suisse.

19.02.2019 | Christoph R. Schelhammer, Communication Défense

07-190206_SPHAIR_325
© VBS / DDPS

Protéger et défendre l'espace aérien suisse est son métier. Elle le fait au sein d'un cockpit de F/A-18. Et ce n'est pas une coïncidence: Fanny Chollet est passionnée par les avions depuis sa plus tendre enfance et l'aviation est très ancrée au sein de sa famille. Cette fascination pour l'aviation ne l'a jamais quittée et c'est en 2009, alors en dernière année de maturité au Gymnase de Chamblandes (Pully), qu'elle a opté pour une vie entre ciel et terre. Elle a commencé sa carrière de pilote à l'âge d'à peine 17 ans. Aujourd'hui elle est la première pilote d'avion de combat des Forces aériennes suisses.

Elle a fait de sa passion son travail. C'est sa vocation. Des paroles fortes de la part d'une jeune femme ambitieuse, qui a accompli des exploits. A la lecture de la carrière de la première pilote d'avion de combat de Suisse, il semble qu'il n'y a jamais eu qu'un seul chemin pour elle: voler haut et encore plus haut.

Fanny «Shotty» Chollet

10-190206_SPHAIR_460
© VBS / DDPS

Née en 1991, elle est officier de carrière avec le grade de premier-lieutenant. Depuis le 1er janvier 2019, elle est opérationnelle au sein de l'escadrille 18 à Payerne, ce qui fait d'elle la première pilote de combat de l'Armée suisse dans le cockpit d'un F/A-18 Hornet. Sa carrière militaire a débuté en 2011 à l'école de recrues des Forces aériennes à Payerne. Elle a payé ses galons sur les bases aériennes de Payerne, Dübendorf et Alpnach. Elle a été promue officier en 2012, avant d'être sélectionnée pour l'école de pilote sur PC-7. Depuis, elle est engagée au sein des Forces aériennes suisses. Fanny Chollet a accompli la première partie de sa formation avec la licence de pilote professionnel auprès de Swiss Aviation Training (SAT, aujourd'hui Lufthansa Aviation Training) et ses études auprès de la Haute Ecole de Sciences Appliquées de Winterthour où elle a obtenu un Bachelor en Sciences de l'aviation (2012-2015). Elle a ensuite suivi une formation sur PC-7, puis une formation sur PC-21. En décembre 2017, «Shotty» a obtenu le brevet de pilote militaire professionnel. L'année passée, elle a accompli les cours formels et tactiques sur F/A-18 et depuis le 1er janvier 2019, elle est aux commandes d'un F/A-18 pour protéger et défendre l'espace aérien suisse.

Une carrière pour l'aviation

Fanny Chollet est née en 1991, lorsque les femmes aux commandes d'un avion de combat se comptaient sur les doigts d'une main. Afin que des pilotes comme Fanny Chollet puissent prendre place dans le cockpit d'un F/A-18, il a fallu changer la loi militaire. En effet, jusqu'en 2004, selon la loi, les femmes n'étaient pas autorisées à devenir pilote au sein des Forces aériennes. Elle a achevé l'école en 2010 en obtenant une maturité avec options spécifiques biologie et chimie. Fascinée par la troisième dimension, la jeune Vaudoise qui a grandi à Saint-Légier avait déjà accompli l'année précédente le cours SPHAIR et obtenu la recommandation pour devenir pilote professionnelle. Le processus de sélection a suivi son cours. Parallèlement, Fanny Chollet a effectué son école de recrues au sein des Forces aériennes à Payerne où elle a également fait l'école d'officiers. Promue officier en 2012, elle est depuis engagée au sein des Forces aériennes suisses.

De 2012 à 2015, Fanny Chollet a étudié à la Haute Ecole de Sciences Appliquées de Winterthour et a décroché un Bachelor en Sciences de l'aviation. Elle a ensuite obtenu la licence de pilote professionnel civil auprès de Swiss Aviation Training (SAT, aujourd'hui Lufthansa Aviation Training). Ont suivi les formations sur les avions d'entraînement PC-7 et PC-21.

Le 15 décembre 2017, Fanny Chollet a reçu son brevet avec ses huit collègues masculins. Deux d'entre eux sont formés pour les avions de combats, les autres pour les hélicoptères. Au terme d'une formation de six ans, elle a finalement reçu le titre de pilote d'avion de combat. Avec l'obtention des ailes de pilote, «Shotty» est devenue pilote militaire professionnelle au sein des Forces aériennes suisses. L'année passée, elle est passée de l'avion d'entraînement PC-21 au F/A-18 au poids huit fois supérieur. Après huit mois de cours formels, suivis d'une formation tactique sur Hornet de deux mois, elle a achevé sa formation l'année passée avec un entraînement au vol de nuit réalisé en Ecosse. Elle est désormais opérationnelle depuis le 1er janvier 2019 au sein de l'escadrille 18 sur la base aérienne de Payerne.

Aucun traitement de faveur

La transition du PC-21 au F/A-18, avec sa vitesse de près de 2000km/h, a été une étape importante pour la pilote et l'entraînement tactique fut exigeant. «Mon objectif est de maîtriser l'entraînement et d'accomplir toutes mes missions ultérieures de la meilleure façon possible», explique-t-elle. Le chemin jusqu'au cockpit du Hornet fut long, exigeant et sans traitement de faveur aucun. Tout au long de sa formation, elle ne s'est jamais sentie traitée différemment par rapport à ses collègues masculins. Les règles ont toujours été les mêmes pour tous.  

Dix ans après son choix de devenir pilote d'avion de combat, la jeune femme de 28 ans est assise depuis janvier dans le cockpit d'un F/A-18 Hornet et participe quotidiennement au service de vol avec des engagements de police aérienne ou des exercices de combat aérien. Sa carrière ne va pas s'arrêter là et déjà de nouveaux objectifs se présentent: un cours de conduite pour devenir capitaine, une campagne internationale d'entraînement et une formation tactique pour devenir leader d'une formation de deux avions (section lead) sont au programme. Aux futurs pilotes, elle recommande de sauter le pas dans la troisième dimension en s'inscrivant au cours SPHAIR. C'est là que débute l'introduction à l'aviation, aussi bien militaire que civile. Son conseil pour les jeunes intéressés: «Soyez motivés, engagés et toujours préparés. Être pilote militaire est une passion.»